Elle nous a subjugué hier, toute frêle avec son accordéon, mais si grande à le faire chanter lors de la soirée « Elégie »

http://musiqualemperi.over-blog.com, 2 août 2009

Deuxième partie du concert : Elodie Soulard entre en scène, son lourd accordéon posé sur ses genoux. Fugue en si mineur de Bach, transcrite pour accordéon seul. Tout à coup, l’instrument parait léger. Les voix chantantes de la fugue montent dans l’église de Jourgnac et l’on croirait, en fermant les yeux, écouter les mélodies d’un orgue. Une fois de plus, c’est une belle surprise pour le public, qui redécouvre l’accordéon, loin des clichés des bals musettes. 

Festival 1001 notes, août 2009

Une transcription pour accordéon d'un opéra de Rimsky-Korsakov, par le maître Youri Shishkin, a permis à Elodie Soulard d'exprimer toute l'étendue de son talent. La sonate « In croce » de Sophia Goubaïdoulina, où violoncelle et accordéon expriment tour à tour la ferveur religieuse de la compositrice née en 1933, a été écoutée avec recueillement. Enfin les « vocalises » de Rachmaninov donnaient à entendre toute la passion de l'âme russe. 

Ouest France, 20 juin 2011

Cette dernière, native d’Épinal et accordéoniste classique d’exception, a présenté une spectaculaire sonate d’Anatoly Kusyakov en première partie. Elle est de ces surprises qui donnent tout son sel à 1001Notes, qui veut promouvoir "le maître et l’élève". Ce projet pousse artistes de renom et découvertes à produire ensemble un album, ce qu’Élodie a fait dès 2009 avec le violoncelliste Raphaël Pidoux… 

Le Journal du dimanche, 7 août 2011